Engagé dans la Poule A de l’édition 2021/2022 de la Champions Cup, le Leinster Rugby sera confronté à Bath Rugby et à Montpellier Hérault Rugby. L’entraîneur en chef de la province irlandaise a conscience du défi physique qui s’annonce.

Demi-finaliste de la dernière édition de la Champions Cup, face au Stade Rochelais (32-23), le Leinster Rugby a bien l’intention d’ajouter une cinquième étoile sur son maillot pour rejoindre le Stade Toulousain au palmarès de la Coupe d’Europe. Mais les Irlandais devront déjà se défaire dans la Poule A de deux sérieux adversaires : Bath Rugby et Montpellier Hérault Rugby, récent vainqueur de la Challenge Cup. « Montpellier a réalisé une grande performance en Challenge Cup, face à une redoutable équipe de Leicester. Nous avons eu quelques rencontres avec eux au cours des dernières saisons. Ce sera un gros défi physique », prévient l’entraîneur en chef du Leinster Rugby Leo Cullen.

Et l’ancien deuxième-ligne d’ajouter : « Nous connaissons assez bien Bath. Stuart Lancaster [l’entraîneur principal de Leinster] et Stuart Hooper [le directeur du rugby de Bath] ont travaillé ensemble à Leeds. Nous avons eu un match très serré en 2018/19 [17-10] avec un essai d’interception dans des conditions épouvantables. Bath est une équipe très forte ». Le Leinster Rugby connait bien ses deux futurs adversaires pour avoir déjà affronté le MHR à sept reprises et le vainqueur de l’édition 1998 onze fois. Avant d’entamer un nouveau chapitre sur la scène européenne, le Leinster Rugby est déterminé à aller le plus loin possible pour « effacer la déception des deux dernières saisons.»