Tombeur de Bordeaux-Bègles à Ernest-Wallon (21-9), Toulouse disputera le 22 mai prochain une septième finale de Coupe d’Europe. Et les Rouge et Noir sont bien décidés à accrocher une cinquième étoile sur leur maillot.

Le 22 mai prochain, dans le Temple de Rugby, Twickenham, Toulouse aura l’occasion d’entrer un peu plus dans la légende de la Coupe d’Europe. Opposés en finale de la Champions Cup à La Rochelle, qui a disposé de la province irlandaise du Leinster Rugby (32-23), les Rouge et Noir peuvent accrocher sur leur maillot une cinquième étoile ce qui constituerait un record dans la compétition. « On a passé un cap. Mais il y a du travail pour faire évoluer notre prestation. La guerre des étoiles est lancée. On espère pouvoir accrocher une cinquième étoile à notre maillot. On est des privilégiés, on a la chance de pouvoir jouer une finale de Coupe d’Europe. Et quant à Twickenham, quoi de mieux pour jouer une finale de Coupe d’Europe. J’ai la chance d’être dans un club incroyable », a confié le manager toulousain Ugo Mola à l’issue de la rencontre.

Tombeur de Bordeaux-Bègles à Ernest-Wallon à l’occasion de demi-finales (21-9), Toulouse disputera face aux Rochelais la septième finale de Coupe d’Europe de son histoire. « C’est toujours plaisant d’arriver en finale. On a réussi à passer les étapes précédentes des matches de phase finale à l’extérieur (au Munster et à Clermont). On est très heureux car ce n’était pas un match simple », explique l’arrière haut-garonnais Maxime Médard.

Onze après leur dernier sacre sur la scène européenne (2010), face à Biarritz, Toulouse a donc l’occasion de reconquérir le toit de l’Europe. « Quand tu gagnes au début de ta carrière tu te dis “c’est super, on va gagner tout le temps” et puis quand tu attends dix ans, tu te dis que ce n’est pas si facile que ça finalement. Si on gagne je vais bien la savourer, oui ! », glisse l’arrière international.