Vainqueur du Leinster Rugby (32-23), quadruple champion d’Europe, à Marcel-Deflandre, La Rochelle disputera sa première finale de la Champions Cup, le 22 mai face à Toulouse. Plus que jamais, les Rochelais se sont transcendés.

Les supporters venus accueillir les joueurs de La Rochelle, à l’entrée du Stade Marcel-Deflandre, se souviendront longtemps de ce dimanche 2 mai. Portés par la ferveur de leurs fans, les Maritimes ont réussi l’immense défi de faire tomber la province irlandaise du Leinster Rugby (32-23), quadruple championne d’Europe. « J’ai du mal à trouver les mots. Je suis fier de tous ces mecs, de ce groupe, de ce club. Quand je vois les supporters, tu te transcendes. C’est magique. Mais ce n’est pas une finalité. On a envie de goûter autre chose », confiait à l’issue du match le capitaine de La Rochelle Romain Sazy.

Impressionnants de solidarité et de puissance, à l’image du deuxième-ligne australien Will Skelton, auteur de l’essai de la victoire, les Rochelais ont dominé les débats en seconde période en multipliant les temps de jeu dans le camp irlandais. « En seconde période, on a eu la capacité de les mettre sous pression, c’est une victoire importante. Et c’était un vrai match de phase finale de haut niveau. Et quand on analyse les vingt dernières minutes, on s’aperçoit qu’on n’a pas eu de souci physique, c’est quelque chose qui m’a fait plaisir », souligne l’entraîneur en chef Jono Gibbes. Et d’ajouter : « Ce (dimanche) soir, pour les supporters, pour le club, c’est historique, c’est une belle récompense mais l’histoire n’est pas finie. C’était une demi-finale, ça a été bien fait, on félicite le groupe mais il y a encore un match à jouer dans la compétition.»

Les Rochelais ont désormais rendez-vous avec les Toulousains en finale, le 22 mai dans le Temple du Rugby : Twickenham ! « On s’attend à un match très dur. Cette étoile, depuis qu’on est petits devant la télé, on en rêve, on veut jouer ces finales… Toulouse a plus d’expérience, plus que nous en tout cas. Ça va être un gros match », insiste le talonneur Pierre Bourgarit.