Troisième-ligne de Toulouse, Rynhardt Elstadt évoque pour l’EPCR cet ingrédient si particulier pour espérer triompher en Coupe d’Europe : la passion.

Joueur majeur du Stade toulousain, Rynhardt Elstadt est devenu incontournable sur la scène européenne. Dans une interview accordée à l’EPCR, le Sud-Africain a expliqué que « chaque équipe est habitée par l’envie de gagner, poussée par la passion des fans, leurs encouragements. C’est une compétition qui se joue avec beaucoup de passion. Si je devais résumer la Coupe d’Europe en un mot, ce serait ça, la passion.»

Le flanker de 31 ans, redoutable plaqueur, a vraiment apprécié ses quatre saisons européennes, et plus particulièrement les trois dernières en Champions Cup : « Je n’avais jamais joué dans l’hémisphère nord. Pour ma première saison en Coupe d’Europe, au plus haut niveau, j’ai joué contre des joueurs de championnats différents, de nombreux internationaux. C’est vraiment très excitant de voir les différences dans le jeu. C’est un tempo plus rapide [et il y a] plus de rythme dans le match. C’est ce que je préfère. Le match est beaucoup plus fluide que dans le Top 14. »

Arrivé en France en 2017 en provenance de la franchise sud-africaine des Stormers, Elstadt a eu l’occasion depuis de bien faire connaissance avec ses coéquipiers. A ses yeux, Toulouse possède de jeunes talents prêts à marquer l’histoire.

« Il y a pas mal de jeunes qui ont très bien joué en équipe nationale comme Romain Ntamack et Antoine Dupont, de très jeunes garçons qui ont un avenir brillant. Chez les avants, je pense également à François Cros qui a joué une saison vraiment exceptionnelle l’an passé et Selevasio Tolofua. Cette saison, nous avons une bonne équipe qui a conservé toute sa force pour rivaliser à un niveau supérieur.» Elsdtadt a ensuite révélé pour ChampionsCupRugby.com son regard sur les points forts de certains joueurs toulousains.

Quel joueur s’entraîne le plus dur ?

« Il y a quelques gars qui travaillent beaucoup après les entraînements. Des avants comme Charlie Faumuina, qui prend beaucoup d’accessoires pour faire un travail spécifique. Chez les arrières, je pense à Romain Ntamack. Chaque jour, il fait le petit plus. Zach Holmes, Cheslin Kolbe [aussi]. »

Qui est le plus puissant ?

«Oh là là, c’est une bonne question. Certainement pas moi parce que je ne vais jamais en salle de musculation. Je dirais Joe Tekori. Il est juste impressionnant. Il peut soulever n’importe quoi. Il a une force naturelle. Il y a également quelques arrières très solides en musculation à l’image de Cheslin Kolbe. Il peut soulever plus que son propre poids.»

Qui est le plus rapide ?

«Je pense que Cheslin Kolbe est le meilleur. Quand il court avec le ballon, c’est naturellement beau à voir. »

Qui voyez-vous comme futur coach ?

«Pour être honnête, je n’en ai aucune idée. Je n’ai aucune capacité de coaching. Je pense que Charlie Faumuina, Jerome Kaino, Zack Holmes, et Louis-Benoit [Madaule] ont tous fait un peu de coaching. Et chacun apporte sa vision de l’entraînement. »