Capitaine de l’équipe de Toulouse qui a remporté la première édition de la Coupe d’Europe en 1996, Emile Ntamack est revenu ce mercredi à Cardiff sur cette finale qui a marqué l’histoire de la compétition.

Il fut le premier joueur à poser ses mains sur le trophée ! Le 7 janvier 1996 à l’Arms Park, Emile Ntamack, alors capitaine de Toulouse, souleva la Coupe d’Europe après la victoire de l’équipe française contre Cardiff au terme d’une finale passionnante achevée après la prolongation (21-18). « C’est un moment mémorable. C’est vrai que ça passe très vite mais tout reste gravé. J’ai en mémoire ce stade de l’Arms Park qui était un véritable temple face à cette équipe de Cardiff redoutable », a confié le trois-quarts français ce mercredi lors du lancement de la Coupe d’Europe organisé à Cardiff par l’EPCR.

Pour le premier match de leur histoire en Coupe d’Europe, les Toulousains s’étaient d’abord déplacés sur la pelouse du club roumain le Farul Constanta pour s’imposer 54-10. « Cette Coupe d’Europe était pour nous une véritable aventure », se souvient Emile Ntamack qui a disputé 49 matchs sur la scène européenne et inscrit 21 essais. Et d’ajouter : « C’était important pour Toulouse d’inscrire son nom au-delà de la France. Nous étions à une époque où nous avions été double champion de France. Il nous fallait quelque chose d’autre et la Coupe d’Europe est arrivée

Emmené par de nombreux internationaux français dont le pilier Christian Califano et le trois-quarts centre Thomas Castaignède, auteur d’un essai en finale, Toulouse a pour toujours marqué la Coupe d’Europe de son empreinte. « On voulait voir si on était capable de relever ce défi pour décrocher le toit de l’Europe. Le club de Toulouse avait la fierté de démontrer qu’il pouvait dominer l’Europe entière », explique Ntamack, âgé de 49 ans, qui a disputé 368 matchs avec Toulouse et remporté trois titres en Coupe d’Europe (1996 et 2003).

Alors que son fils âgé de 20 ans, Romain, disputera sa deuxième campagne de la Champions Cup, Emile Ntamack est convaincu que Toulouse, engagé dans la Poule 5, peut avoir son mot à dire. « L’an dernier, Toulouse redécouvrait la Coupe d’Europe et y a repris goût. Fort de son titre de Champion de France, Toulouse va avoir de l’ambition. Mais les clubs vont s’en méfier. Les déplacements à Gloucester, Montpellier et au Connacht ne vont pas être évidents. On sait très bien que cette compétition se joue à très peu de choses. Il y a souvent des surprises. Mais Toulouse va nourrir beaucoup d’ambitions cette année. Je rêve que Toulouse soit présent en finale à Marseille, ce serait extraordinaire. » Avec le rêve d’être le premier club à décrocher une cinquième étoile !