Le numéro 8 de Montpellier Louis Picamoles a finalement été retenu par le sélectionneur Jacques Brunel pour disputer la Coupe du monde au Japon.

Le 17 novembre prochain, Louis Picamoles devrait être présent sur la pelouse du Connacht Rugby pour la première journée de la Champions Cup. D’ici là, le joueur de Montpellier s’envolera pour le Japon afin d’y disputer la Coupe du monde (20 septembre-2 novembre). Lundi, le numéro 8 international (79 sélections), dont la sélection était incertaine, a été retenu par le sélectionneur Jacques Brunel qui a annoncé son groupe de 31 joueurs pour le Mondial nippon. « La troisième ligne a été le poste où il a été le plus compliqué de faire des choix. Lors du premier match de préparation (gagné contre l’Ecosse 32-3) Charles Ollivon, Grégory Aldritt et François Cros ont réussi une belle prestation en troisième ligne. Mais on a relativisé en se disant que l’Écosse était un peu moins bonne. Picamoles a répondu en partie aux interrogations. Il a fait de belles prestations, en particulier contre l’Italie, et il a l’expérience », a expliqué l’entraîneur en chef tricolore.

Louis Picamoles sera accompagné au Japon par ses deux coéquipiers de club : le troisième-ligne Yacouba Camara et le talonneur et capitaine du XV de France Guilhem Guirado. A noter par ailleurs que le club de Toulouse, qui évoluera dans la Poule 5 de la Champions Cup, sera représenté par huit joueurs (Huget, Ramos, Dupont, Ntamack, Médard, Guitoune, Baille, Mauvaka). Tout comme l’ASM Clermont Auvergne, lancée dans la Poule 3 de la Champions Cup, avec Penaud, Raka, Iturria, Lopez, Slimani, Vahaamahina, Fofana). Dans les rangs du Racing 92, ils seront cinq représentants Ciel et Blanc : Vakatawa, Machenaud, Leroux, Chat, Lauret.

Le XV de France débutera sa Coupe du monde le 23 septembre prochaine face à l’Argentine. « On ne nous accorde pas beaucoup de crédit, si j’écoute autour de moi. L’objectif est de passer les poules. C’est la marche obligatoire est de se qualifier. Ce sera notre premier challenge. Sans donner un niveau d’échelle, on part avec un bon niveau de confiance », a confié le sélectionneur Jacques Brunel.