Battu par les Saracens en finale de la Champions Cup (20-10), le Leinster de Leo Cullen ne pouvait qu’admettre la supériorité des Anglais dans la dimension physique.

Le Leinster devra encore patienter avant d’ajouter une cinquième étoile à sa tunique bleue. Battue par les Saracens lors de la finale de la Champions Cup (20-10) disputée à Newcastle, la province irlandaise a perdu sa couronne. « Je suis très déçu. Nous avons eu nos chances. On a réalisé une excellente entame de match puis on a encaissé des points juste avant la mi-temps. Ça a été un tournant du match, explique le demi d’ouverture Jonathan Sexton. Ils ont concrétisé leur temps fort contrairement à nous. On a perdu le ballon tellement de fois près de leur ligne, une chose que nous ne faisons pas normalement. C’est un peu cruel pour le groupe. L’an dernier, nous avons traversé des moments difficiles pour remporter le trophée. Nous allons essayer de rebondir. »

Sur la pelouse de St. James’ Park, les Irlandais ont semblé impuissant pour contrer la puissance physique des Sarries qui a fait la différence au fil des minutes. « Quand vous voyez Skelton, Itoje, Vunipola dans le tunnel, ce sont de ‘grands’ garçons. On n’a pas ce genre de joueurs chez nous. Ils ont de gros porteurs de ballons, ça use les joueurs, reconnaît le manager du Leinster Leo Cullen. Nous étions très bien dans le match à la demi-heure de jeu et jusqu’à l’essai encaissé. Nous avons évolué en supériorité numérique mais nous n’avons pas géré cet avantage. Nous avons eu des occasions, également au début de la seconde période. Nous n’avons pas réussi à tout bien mettre en place et une fois que les Saracens sont lancés, c’est une équipe très difficile à suivre. Ils sont très agressifs au milieu du terrain. Ils nous ont étouffé au cours des trente dernières minutes. »