En s’imposant ce week-end en TOP 14 à Agen, Toulouse a confirmé qu’il était prêt à défier le Leinster Rugby dans le choc de la Poule 1. Le Racing 92 a pour sa part retrouvé de la confiance.

C’est le choc tant attendu de la 5ème journée de la Champions Cup. Samedi 12 janvier sur la pelouse du RDS Arena, Toulouse défiera le Leinster Rugby pour un choc de titans. En tête de la Poule 1, avec deux points d’avance sur la province irlandaise, les Toulousains, invaincus depuis le 29 septembre dernier, ont confirmé leur très bonne forme en s’imposant ce week-end en TOP 14 face à Agen (20-27). « On espère être à la hauteur (au Leinster), confie le manager Ugo Mola. Nous les avions peut-être un peu cueillis à froid et je pense que nous allons avoir droit à un retour un peu compliqué. Tant mieux, cela nous permettra de nous aguerrir pour la suite. » Au match aller, Toulouse s’était imposé d’une courte tête (28-27).

De son côté, le Racing 92 a l’occasion de s’ouvrir les portes des quarts de finales de la Champions Cup. Leader de la Poule 4, les Racingmen ont fait le plein de confiance en s’imposant en TOP 14 devant Toulon (22-13) et avant d’aborder le déplacement contre l’Ulster Rugby. « L’important est la victoire, à laquelle il était important de reprendre goût, même si c’est dommage de ne pas avoir pris le bonus offensif. Mais il ne faut pas oublier l’état d’esprit des joueurs pour aller chercher ce bonus offensif à la fin », souligne l’entraîneur des avants Laurent Travers. Mais les Racingmen pourraient être privés de leur trois-quarts aile international Teddy Thomas touché à la cuisse.

En quête d’un accessit en quart de finale de la Coupe d’Europe, Castres s’est de son côté imposé à Grenoble (6-13) mais devra rendre une copie parfaite face Exeter Chiefs pour espérer sortir de la Poule 2. Avant la 5ème journée de la Champions Cup, les Castrais sont dauphins du Munster Rugby, à trois longueurs. « C’est une bonne chose de faite. On savait que ça n’allait pas être facile mais c’était important aujourd’hui de retrouver de la joie dans le vestiaire, On a su le faire avec beaucoup de caractère et de tempérament. On a retrouvé l’équipe que j’aime. C’est un match où il fallait être courageux car Grenoble est une bonne équipe », s’est réjoui le manager Christophe Urios.