Trois équipes françaises débuteront la saison de la Champions Cup 2018/19 à domicile. L’occasion pour Lyon, Montpellier et le RC Toulon de marquer les esprits dès la première journée.

Pour Lyon, une nouvelle aventure débute. Pour la première fois de son histoire, le Lou disputera la plus prestigieuse des compétitions de clubs : la Champions Cup. Dimanche 14 octobre sur la pelouse du Matmut Stadium de Gerland, les hommes de Pierre Mignoni retrouveront Cardiff Blues dans la Poule 3, dernier lauréat de la Challenge Cup. « C’est une équipe qu’on connaît bien, on les a joués deux fois l’an dernier, rappelle le manager Pierre Mignoni. C’est bien de commencer par eux, parce qu’on se connaît, on va pas trop vers l’inconnu. C’est une très belle équipe où on pourra voir une grosse partie des joueurs qui jouent pour le Pays de Galles. » Actuellement troisièmes du TOP 14, les Lyonnais voudront confirmer sur la scène continentale leur excellent début de saison.

Opposé à Newcastle Falcons dans la Poule 5, le RC Toulon espère que la Champions Cup lui redonne un nouvel élan. En difficulté dans le TOP 14 avec une douzième place, les triples champion d’Europe espèrent relever la tête dans leur antre du stade Mayol. « On aura à coeur de montrer un beau visage du RCT avec un stade qui sera, je l’espère en feu, et une bonne prestation de notre part », souligne le troisième-ligne et capitaine toulonnais Raphaël Lakafia qui a remporté la Challenge Cup avec le Stade Français. Et le manager du RCT Patrice Collazo d’ajouter : « c’est une équipe qui a fait une très belle saison en Premiership l’année dernière de manière un peu surprenante. Pour nous, ce serait une surprise aussi parce que c’est la première fois que Toulon jouera contre eux. C’est une équipe très dynamique avec beaucoup de jeu basé sur la vitesse parce qu’elle joue sur du synthétique donc c’est à nous de bien nous préparer et de bien attaquer la compétition par un premier match à domicile. »

Après une campagne 2017/18 décevante où ils n’ont pas réussi à se qualifier pour les phases finales, les joueurs de Montpellier auront à cœur de se racheter dès le premier match de la Poule 5 face à Edinburgh Rugby. « Ils sont costauds devant. Ils ont un paquet d’avants qui est fort et qui travaille, c’est leur base. Avec Richard Cockerill, je trouve qu’ils sont peut-être meilleurs en mêlée fermée, très agressifs dans les rucks, très bons en conquêtes, également, prévient le manager du MHR Vern Cotter. La ligne de trois-quarts n’est pas mal non plus, surtout qu’ils jouent bien lorsque le pack est devant et qu’il est lancé. Ce sera à nous dans un premier temps de contrer ce paquet et ensuite de mettre notre jeu en place. » Malgré la blessure de l’ouvreur sud-africain Johan Goosen, absent deux mois en raison d’une grosse entorse à la cheville, Montpellier conserve de solides ambitions en Champions Cup.

 

.