Engagé dans la Poule 5 de la Challenge Cup, Agen a bien l’intention de tirer son épingle du jeu en insufflant une vraie concurrence au sein de son effectif.

Dernier de la Poule 3 la saison passée – avec une seule victoire en cinq matches – Agen aura fort à faire lors de l’édition 2018/19 de la Challenge Cup avec la présence du FC Grenoble, des Harlequins et de Benetton Trévise dans la Poule 5. « On retrouve un concurrent direct pour le maintien, une équipe italienne et une équipe anglaise pour se tester, c’est un groupe de qualifications assez équilibré pour moi », confie le manager Mauricio Reggiardo sur le site Le Petit Bleu d’Agen. Seul bémol pour les Lot-et-Garonnais, ce déplacement au long cours à Grenoble qui pourrait peser dans les jambes au cours d’une saison déjà éprouvante. « Non pas parce qu’il s’agit de Grenoble, souligne l’ancien pilier argentin, mais plutôt en termes de déplacement. J’aurais préféré retrouver Pau comme l’an dernier voire Bordeaux, ce qui nous aurait fait un déplacement plus court

Si le turnover et la priorité faite aux jeunes avaient été la philosophie d’Agen lors de ses précédentes campagnes européennes, le SUA devrait privilégier la mixité à l’occasion de la prochaine saison de la Challenge Cup. « Je ne veux pas refaire deux fois la même erreur, prévient Mauricio Reggiardo. Le fait de ne pas avoir mis certains joueurs pros dans le groupe pour la coupe d’Europe m’avait obligé à les faire jouer avec les Espoirs pour qu’ils ne manquent pas de rythme.» Et le manager agenais d’ajouter : « Je pensais que les 15 jours de coupure européenne auraient fait du bien à certains mais du coup j’avais dû faire évoluer les Erbani, Bosch, Farré, Nakosi et McIntyre avec les Espoirs. Donc cette saison, en Coupe d’Europe, il y aura encore des jeunes mais peut-être davantage de pros et la méritocratie continuera de fonctionner !» Avec l’espoir de décrocher une place en finale comme en 1998 (défaite face à l’US Colomiers, 43-5).