Mont de Marsan fait son retour dans l’European Challenge Cup face ? Saracens dimanche prochain…

Mont de Marsan fait son retour dans l’European Challenge Cup face à Saracens dimanche prochain et c’est le légendaire trois-quarts français, Thomas Castaignède, qui va suivre la rencontre de près à Vicarage Road, étant donné que deux de ses anciens clubs se retrouvent face à face lors de la 1re Journée. 

Le club français qui s’est qualifié pour le tournoi européen pour la première fois depuis 2002 se retrouve face aux demi-finalistes de la H Cup de la saison dernière à l’occasion d’un match d’entame qui va être très difficile. 

« Nous sommes extrêmement fiers de participer à l’European Challenge Cup », a déclaré Éric Lamarque, le directeur technique du rugby du club montois. 

« C’est un honneur d’avoir été invité à rejoindre ces équipes d’élite contre lesquelles nous allons jouer et nous sommes fiers de notre parcours et des résultats que nous avons obtenus dans le trophée Yves du Manoir qui existait à l’époque du rugby amateur. » 

« Toutefois, il est difficile de parler du match contre Saracens puisqu’il est quasiment impossible de comparer un club comme le nôtre avec un club comme le leur. Nous sommes conscients de l’ampleur du défi qui nous attend et bien entendu l’un de nos anciens joueurs célèbres, Thomas Castaignède, y a joué pendant plusieurs années et lui, comme son père, ont joué sous le maillot de Mont de Marsan donc il s’agit un peu d’une histoire de famille. » 

« L’équipe de Saracens est très physique et nous savons que leurs joueurs aiment travailler le ballon à fond à l’avant. En ce qui concerne notre propre jeu, nous nous sommes attachés à nos fondamentaux et nous aimons jouer au large, avoir un jeu d’attaque, ce qui ne semble pas être trop loin de ce que pratiquent nos adversaires. » 

« Nous allons jouer avec toute notre fierté dimanche à Vicarage Road lorsque nous nous frotterons à des grands du rugby européen. » 

Mont de Marsan se retrouvera aussi face à Bayonne et à Viadana dans la poule 5. 

« Il est clair que Mont de Marsan n’est pas très bien connu sur la scène européenne actuellement, mais notre club a fêté son centenaire récemment et lors de l’ère du rugby amateur, nous étions au top du rugby français et nous avons fourni un tas de grands joueurs internationaux au fil des années, et nous nous trouvions aussi à la pointe du développement du jeu avant que le rugby ne devienne professionnel », a ajouté Lemarque. 

« L’arrivée du professionnalisme a rendu les choses difficiles pour un club comme le nôtre, nous provenons d’une ville de 35 000 habitants, et nous avons travaillé très dur ces deux dernières années pour restructurer notre club afin de reprendre notre ascension dans ce nouvel environnement. » 

« Se retrouver promus au Top 14 était un exploit extraordinaire pour nous, mais nous ne voulons pas nous contenter de survivre dans le championnat français. » 

« Nous sommes davantage focalisés sur le développement de notre club pour en assurer sa durabilité et son équilibre et qu’il soit capable de réussir en tant que club professionnel, et être en haut de la division du rugby français n’est pas plus important que cela à nos yeux. »