David Auradou, capitaine du Stade Français auteur d’un match nul 22-22 au Liberty Stadium contre les Ospreys, avait des sentiments mêlés quelques minutes après un match qui préserve toutes les chances des Parisiens…

« Cardiaques s’abstenir! Ce match, on pense qu’on l’a en main, il me fait penser au match de Leicester l’an passé, mais avec une meilleure fin pour nous… C’est à dire que nous dominons, et puis est-ce un excès de confiance? C’est un peu l’histoire dela pelote de laine qui commence à se dévider… »

« On se loupe sur deux ou trois touches, on se retouve réduits à 14, on  fait deux ou trois mauvais choix, on manque deux ou trois plaquages, à partir de là, on prend deux essais coup sur coup, ils reviennent complètement dans la partie et après on court derrière le score… »


« Heureusement il y a cette pénalité de cinquante mètres de Lionel (Beauxis) qui nous remet dans le bain mais on passe très près de la correctionnelle alors qu’on avait ce match en mains et puis il y a eu ce gros passage à vide qui nous fait très, très peur… »